Terminator : Dark Fate SPOILER TALK

movie  photoSi vous voulez mon avis, Terminator : Dark Fate a eu un moment d’ouverture incroyablement fort et n’a pas vraiment reculé à partir de là. Dès la seconde où le premier logo de la société de production a commencé à rouler, j’étais à fond dedans.

C’est le poste qui est rempli de spoilers. Si vous préférez lire la critique gratuite du spoiler, cliquez sur ce joli nuage de mots fait avec tous les mots de cette critique gratuite du spoiler.

Ok, donc nous sommes tous des gens qui ont vu le film ou qui ne se soucient pas des spoilers maintenant, n’est-ce pas ? Bien.

“Vous pensez que vous êtes en sécurité et vivant ? Vous êtes déjà mort !”
La première chose que j’ai vraiment appréciée dans Dark Fate, c’est le traitement de la minute et demie obligatoire ou autre des logos d’entreprise avant le début du film. Le fait de voir cette vidéo de Sarah criant sur le Dr Silberman dans T2 a vraiment donné le ton et a donné l’impression que Terminator était de retour après des années où elle n’avait pas tout à fait raison. Honnêtement, ça m’a frappé de la même manière que pour La Force s’éveille, en ce sens que, oui, nous l’avions déjà vu auparavant, mais nous avions besoin de le revoir pour nous rappeler ce que Terminator était *censé* être. La question de savoir si le reste du film a été à la hauteur de ces quelques minutes de logos affectés et de Sarah racontant ses cauchemars du Jugement dernier est entièrement et absolument à débattre, mais je ne pense pas qu’on puisse nier qu’il a merveilleusement donné le ton. J’ai été immédiatement préparé pour ce film.

LE RETOUR DE JOHN CONNOR
Ainsi, lorsque l’internet a annoncé qu’Edward Furlong allait être dans Dark Fate en tant que John, j’étais 1) ennuyé d’avoir été gâté, 2) un peu excité parce que je voulais voir ce que ça donnerait et 3) un peu confus, parce qu’il ne faisait partie d’aucune des bandes-annonces ou du matériel promotionnel que j’avais vus. Mais à partir de ce moment, j’ai décidé d’arrêter de regarder. Après tout, Terminator a l’habitude de donner les meilleures choses dans ses bandes-annonces.

Je n’ai pas pu voir Dark Fate lors de sa première nationale. J’ai dû attendre jusqu’au mardi suivant (un week-end hors normes qui m’a mis au jour de la remise de l’AMC, je suppose). Et je suis très reconnaissante et chanceuse pour mes amis qui ont pu le voir avant moi et qui ont parlé sur Facebook de leur plaisir, et surtout “de la qualité de la CGI au début”.

Personne ne m’a dit que la CGI au début allait être désuète Linda Hamilton et 11(12/13/qu’est-ce qui est encore canon ?) le vieux John Connor. Et PERSONNE n’a indiqué que j’allais voir l’enfant John se faire souffler par un Terminator de secours juste au cas où.

Et c’est probablement là que réside la plus grande controverse de ce film. Bien que les commentaires sur Internet rendent parfois la chose difficile à dire, ce n’est pas qu’il y ait toutes ces femmes qui mènent la charge dans le film d’action de quelqu’un. Ce n’est pas qu’il y ait des sous-titres et de l’espagnol parlé qui dominent le premier acte ou que le film “encourage l’immigration illégale” (surtout si l’on considère qu’il ne fait pas cela, mais qu’Internet va le faire).