LA FABRICATION D’UN ASCENSEUR FAIT MAISON POUR MOTOCYCLETTES

moto  photo

Le principe de cet ascenseur est celui d’un parallélogramme déformable. La force requise pour le levage est fournie par un vérin hydraulique de 2 tonnes que l’on peut trouver dans les ateliers d’outillage ou d’accessoires automobiles.

Il ne s’agit pas d’un parallélogramme au sens strict du terme, car le panneau supérieur est incliné lorsqu’il n’est pas utilisé. La partie arrière repose sur le vérin et les bras de levage (avant et arrière) n’ont donc pas la même longueur.

La construction de cet élévateur ne nécessite rien de plus qu’une unité de soudage comme outil spécial. Cela peut être l’occasion d’amortir en une seule fois l’achat, souvent différé, d’un groupe de soudage à l’arc (à partir de 500 francs). Il peut également être loué pour une fin de semaine pour une somme modique.

MATÉRIAUX ET COÛTS
Les pièces sont, pour la plupart, fabriquées à partir d’un tube carré de 35 mm, généralement disponible en poutres de 6 mètres. Trois poutres de 6 mètres seront nécessaires. Ils peuvent être coupés en 6 poutres de 3 mètres de long pour le transport.

PRÉPARATION DES PIÈCES
Les tubes sont coupés aux dimensions mentionnées ci-dessus. Afin de réaliser les supports et les renforts, nous commencerons par créer, pour chaque pièce, un gabarit en carton fort pour déplacer le dessin de la forme de ces pièces sur la feuille.

La meilleure chose à faire est de faire les coupes par quelqu’un qui a un fort cisaillement manuel ou mécanique. Sinon, nous les ferons avec une scie manuelle et une bonne dose d'”huile de coude”.

La finition des pièces se fera à la chaux. Aucune bavure ne doit être laissée pour travailler en toute sécurité.

Les parties “A”, “B” et “C” sont percées avec le diamètre 12 suivant les axes (schéma 4).